Média 100% solutions

Forum sur le Dialogue International des Territoires : promouvoir la diplomatie territoriale


Heure de publication : 19:30 - Temps de lecture : 3 min 60 s

Ce 16 mars 2023, la mairie du 16ème arrondissement de Paris a servi de cadre à la première édition du Forum sur le Dialogue International des Territoires. – © FoDIT.

Texte par : Thalf Sall

La salle d’audience de la Mairie du XVIème arrondissement de Paris a abrité, le 16 mars dernier, le Forum sur le Dialogue International des Territoires (FoDIT). Avec le Sénégal comme pays invité d’honneur, cette importante rencontre a réuni des ministres, ambassadeurs, députés, maires, responsables des collectivités locales, fonctionnaires et diplomates. Le Directeur du Bureau des Affaires Africaines du Département d’Etat Américain, une forte délégation sénégalaise et des acteurs politiques, économiques, intellectuels et de la société civile y ont également pris part. A l’issue des travaux, d’importantes résolutions et recommandations ont été formulées.

Apporter des solutions concrètes aux crises multidimensionnelles internationales, dont les nations africaines et les collectivités territoriales subissent les conséquences. C’est ce qui justifie l’organisation du Forum sur le Dialogue International des Territoires (FoDIT) à Paris, co-organisé par l’Institut Mandela et Educ’Impact.

Selon les organisateurs, « le Monde actuel est secoué par des bouleversements importants accentués par la pandémie de COVID-19 et les conséquences inattendues de la guerre en Ukraine qui changent complètement sa conception globale dans un contexte de ralentissement des économies nationales et d’augmentation sensible des charges des collectivités locales ».  « Face aux conflits et aux crises multiples - géopolitiques, environnementales, économiques, sanitaires - auxquels les Etats sont confrontés, le dialogue et la coordination des territoires portent l’espoir de déclencher des dynamiques de solidarité et du consensus pour préserver l’avenir de l’Humanité et de la Planète. C’est dans cette conception de réfléchir sur la nouvelle façon d’envisager les relations internationales entre les puissances et l’Afrique que l’Institut Mandela, en partenariat avec l’Association Educ’Impact, a proposé un forum sur le dialogue international et direct des territoires afin de trouver des solutions communes aux crises multiformes pour construire ensemble un avenir paisible », ont-ils expliqué à l’ouverture de la séance.

Placé sous le thème principal : « Les Collectivités et Territoires locaux face aux défis du numérique et de la technologie : Comment accompagner les mutations pour une coopération décentralisée efficace ? », le forum a été l’occasion propice d’approfondir les discussions sur les relations territoriales mutuellement bénéfiques. Les participants ont réussi à mutualiser leurs efforts pour aboutir à un schéma stratégique de résolution des problèmes, définir le rôle des collectivités dans le développement économique local afin de répondre aux effets conjoncturels des crises, envisager le renforcement de la place du développement vivable dans l’action anti-crise des collectivités territoriales et proposer des solutions pour réinventer la diplomatie territoriale afin de maintenir les canaux de communication et d’amitié entre les peuples.

Des panels riches, variés et constructifs

« Les territoires face aux défis du monde actuel marqué par la montée des crises », « Réorienter la coopération des territoires vers le numérique et la technologie pour un développement efficace », « Repenser les relations des puissances avec l’Afrique » et « Le marketing territorial au service du développement des territoires ». Tels sont les quatre thèmes abordés dans les panels, par des experts et spécialistes émérites.

Dans le premier panel – animé par Mamadou Oury Bailo Diallo, Elisabeth Moreno et Jimmy Hatungimana – il a été question de l’implémentation d’une diplomatie des territoires et leur mise en relation idoine, du nord au sud, dans le cadre d’un travail collaboratif.

Le 2ème panel a appelé à accélérer la transition vers le numérique. « Il y a eu dans les collectivités territoriales un certain nombre d’initiatives et de services à travers le numérique, qui ont eu pour impact : l’amélioration de la gouvernance ; une nouvelle stratégie de développement centrée sur la mobilisation des technologies ; une digitalisation des finances publiques, de l’urbanisme, des actes d’Etat civil, de l’accès à l’information publique et administrative », ont fait savoir les six panélistes, dont Dieudonné Bantsimba, Mamadou Lamine Thiam, Ibtissame Azzaoui et Alexandre Vigne. « Les coopérations territoriales pour soutenir les usages numériques et technologiques sont porteuses d’espoir de développement des territoires à travers des transformations rapides et créatrices d’emploi pour le bien-être des citoyens », ont-ils souligné.

Animé par Benoît Sambou, Benjamin Lecoq, Alassane Guisse et Fakhre Eddine Es-Saaid, le 3ème panel s’est focalisé sur les témoignages relatifs aux coopérations décentralisées réussies entre des villes du Sud et celles du Nord.

Pour sa part, le 4ème panel a démontré que le loisir est un vecteur d’épanouissement des populations et de cohésion sociale. « Les collectivités peuvent se servir des loisirs et de la chaîne de valeur des services de loisir pour la création d’emplois. Cette industrie contribue clairement à la compréhension mutuelle et à la culture de la paix. Elle est dotée de la fonction de socialisation qui permet à une intégration sociale des individus venus d’horizons divers. Le marketing territorial favorise la vision contributrice des loisirs et du tourisme au développement des territoires à travers la production des images qui valorisent des ressources locales et la beauté des espaces », ont déclaré Lidi Kedeka Bessi-Kama, Philippe Clerc, Benoît Larin et Joël Broquet. Les interventions ont porté aussi sur le recyclage des déchets ; le financement des actions de salubrité et de gestion des déchets dans les collectivités ; le co-développement, le jumelage ou la coopération décentralisée comme arsenal des outils d'aide au développement ; l’assistance en matière administrative, juridique et financière pour les collectivités et le conseil et l’acquisition des ressources documentaires viables.

Le FoDIT a permis de faire l’état des lieux factuel des coopérations décentralisées et leur mutation pour un développement efficace. Ce fut un espace de concertation des acteurs des collectivités locales. A l’issue des échanges, ils se sont engagés à promouvoir les actions de coopération, de solidarité et d’entraide entre collectivités du Nord et du Sud et vice-versa. Ils ont également appelé à une nouvelle page de coopération intelligente de promotion des grands projets à impact visible en vue de construire des territoires résilients.

Les quatre panels du FoDIT 2023 en images. – © FoDIT.


Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !