NOTRE VOIX
Média 100% solutions
NOTRE VOIX

Pour une presse intègre au service du développement

Chronique

Le développement de l’Afrique passe aussi par une presse totalement libre et responsable avec des journalistes bien formés.

Texte par : Kafoun Barry

La presse informe. Et pour qu’elle informe en toute transparence, il importe de l’aider à minimiser l’influence des différents pouvoirs sur elle.

Le milieu des affaires et celui de la politique perturbent souvent la qualité d’analyse de certains journalistes. Il serait naïf de croire en une presse vidée de toutes contraintes, mais on peut œuvrer à limiter ces obstacles pour faciliter le travail du journaliste, ainsi que la liberté éditoriale.

En matière économique, la presse africaine traverse une crise liée à la hausse des coûts de production et au progrès du numérique. Par ailleurs, tous les supports de presse ne sont pas égaux dans l’accès aux ressources publicitaires. Une répartition plus équitable des dépenses publicitaires des entreprises et institutions étatiques et un appui des Etats devraient améliorer la situation financière des entreprises de presse.

En ce qui concerne la fabrication des supports, l’exonération totale de droits de douane sur le papier, la Dvcam et autres consommables de la presse doit être effective.

Il urge également de faire de chaque journaliste, un acteur indépendant et responsable avec des cartes de presse dotées d’un système de points. Cette responsabilisation passe par l’instauration d’une récompense pour ceux qui, au bout de chaque année, ne reçoivent aucun avertissement pour délit de presse. Quant aux journalistes contrevenants, identifiés par les associations professionnelles des médias, chaque délit devrait induire des diminutions de points sur la carte de presse.  

Ainsi, le combat de la responsabilité des médias dans la conscientisation, l’information et la formation des peuples et de leurs élites nécessite quelques actions fortes : donner à la presse privée surtout toute la place qui lui revient dans la consolidation des acquis démocratiques, la restauration ou l’instauration de la démocratie et faire de ce secteur, une véritable corporation.

Il urge aussi d’élaborer un programme financier spécial de développement de la presse privée et une véritable convention collective de la presse, dans le respect strict du Code du travail et des conventions de l’Organisation Internationale du Travail. Ce qui permettra de mettre fin à l'emprise de la politique sur certains médias. De plus, il est nécessaire de renforcer la formation des journalistes et de mettre en place les mécanismes nécessaires visant à sécuriser et responsabiliser l’entrepreneuriat dans le secteur des médias, tout en réformant de façon inclusive les codes de l’information et du numérique.

Ce sont autant de propositions constructives, qui sont destinées à soutenir la presse africaine, protéger les journalistes dans l’exercice de leur métier et bâtir de véritables entreprises de presse.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion