Média 100% solutions

Sonia Kissi Ndri : de vendeuse d’oranges à Abidjan à la Silicon Valley en Californie, l’histoire d’une femme déterminée


2 commentaires

Heure de publication : 15:59 - Temps de lecture : 7 min 20 s

Sonia Kissi Ndri, experte en opérations financières et externalisation des affaires cliniques et scientifiques en biotechnologies/produits pharmaceutiques. – © Sonia Kissi Ndri.

42 ans, Sonia Kissi Ndri mesure 1,87 m. C’est une femme exceptionnelle ! Son parcours scolaire, académique et professionnel inspire un profond respect. Elle a su surmonter toutes les épreuves et difficultés et gravir tous les échelons pour devenir, aujourd’hui, aux Etats-Unis, une femme qui compte, travaillant dans la cour des grands. Vendeuse d’alloco (plat africain à base de bananes plantains frites), d’oranges, de chemises, de cravates, de brochettes, de lait caillé et de bissap à Abidjan. Elle a touché à tout, dans la douleur, la sueur et la privation, avant de se retrouver au pôle des industries de pointe à la Silicon Valley, en Californie. Ici, elle s’est imposée dans les affaires cliniques et scientifiques en biotechnologies et produits pharmaceutiques. Vincent Toh Bi Irié, ancien préfet d’Abidjan, raconte, avec courage et émotion, son histoire qui donne envie d'entreprendre.

Texte par : Vincent Toh Bi Irié

Admirez cette femme de 1,87 m. Elle est belle, non ? Mais ce qui est à l’intérieur de sa tête est encore plus beau. Lisez l’histoire de Sonia Kissi Ndri, une jeune Ivoirienne qui travaille dans la célébrissime Silicon Valley, en Californie, aux Etats-Unis, où elle a une solide réputation. Je répète : à la mythique Silicon Valley. Elle est Experte en Opérations Financières et externalisation des Affaires Cliniques et Scientifiques en Biotechnologies/Produits pharmaceutiques. En 2010, elle est Analyste Financier Senior et de Contrats, puis Chef d'Equipe à Abbott Laboratories à Alpharetta, Georgia. De 2010 à 2012, elle est Consultante Senior à American Cancer Society en charge des subventions, des contrats et de la gestion financière de la collaboration avec la fondation du milliardaire Bill Gates, la Gates Foundation et Autotrader, Inc. en tant que consultante de haute direction chargée de l’évaluation des risques financiers et de la gestion des contrats d'acquisitions à Atlanta, Georgia.

De 2012 à 2014, elle est Directrice de l'Assurance des Revenus dans la gestion des finances et des unités d'affaires chez Orange Business Services à Atlanta, Georgia. De 2014 à 2018, Responsable des Contrats Cliniques et des Finances à Gilead Sciences et Directrice et chef de département multifonctionnelle à Pfizer, chargée des contrats cliniques, des paiements et des finances dans la Silicon Valley en Californie. 2018 à 2021, elle est Directrice Senior et chef de département de l'approvisionnement stratégique, des contrats cliniques, des finances et de l’externalisation des études cliniques globales à Dermira et à Intercept Pharmaceuticals dans la Silicone Vallée en Californie. Elle est aujourd’hui Directrice Exécutive et chef du département des opérations d’entreprises cliniques et des finances a FibroGen, Inc. en Californie.

Une belle femme ? Surtout une belle tête : Elle a obtenu son Bachelor en Sciences, Finances et Management en 2009 à Kaplan University (aujourd’hui Purdue University), puis un MBA (Master en Business Administration) en Finances et Management en 2012. Son parcours est sanctionné par de brillantes notes. Elle a été honorée de la Médaille d’Or pour avoir obtenu la plus haute note à South University avec « a perfect GPA ». Malgré ses distinctions, elle se perfectionne en accumulant des certificats en Business Process Improvement (BPM) de Univesity of Californa, Berkeley et de Lean Six Sigma Black Belt de Villanova University. Et un certificat en Contracts management and negociations and clinical research conduct and management de l’University of California à Berkeley.

A la Silicon Valley, la réputation de son travail, de son sérieux et de son haut niveau de performance fait écho. Elle y reçoit en Février 2015 le premier Prix de la CLINICAL STAR AWARD à Gilead Sciences pour l'amélioration des processus qui ont soutenu l'organisation dans son objectif stratégique de cette société de devenir le sponsor de choix à l'échelle mondiale des essais cliniques. Après ce prix, elle reçoit toujours à la Silicon Valley plusieurs prix et reconnaissances dans son domaine de travail.

Sonia N’Dri Kissi a une autre vie. Elle a été sportive de haut niveau. Elle arrive à ce haut niveau au hasard aux Etats-Unis. A Abidjan, elle jouait souvent au Basket Ball sur les petits terrains. Son oncle, journaliste sportif, Félix Brou, lui offre ses premières baskets en 1990. Elle est repérée par Coach Coulibaly Siaka lors d’un jeu à Treichville vers Biafra et recrutée à l’ASEC d’Abidjan Cadets à 11 ans, puis en Junior à 14 ans, puis Sénior. Elle fait la haute compétition quand elle passe à ABC (Abidjan Basket Club), recrutée par Feh Kessé et Commandant Fally du Port. Elle participe à des compétitions internationales. A 16 ans, elle est appelée en sélection nationale ivoirienne de Basket Ball. Puis elle arrête de jouer pour se consacrer à ses études en Côte d’Ivoire.

 

Quand elle arrive aux Etats-Unis, elle poursuit sa priorité : les études

 

Un dimanche de février 2000, pour se distraire, elle joue au basket avec l’équipe masculine de l’Université du Texas à Arlington. Le coach est impressionné par son jeu, contacte le coach d’une Université de 1ère division NCAA pour la recruter. Le coach arrive le lendemain, la met en test et est séduit. Le lendemain, il l’invite à Tulsa, Oklahoma où elle se voit offrir une bourse complète d’étude à Oral Roberts University. Elle renoue avec la haute compétition, elle fait sport-étude dans un pays à tradition sportive de basket où les enjeux sont grands. Elle fait très vite ses preuves et la presse locale se passionne pour elle et les points qu’elle marque. Tour à tour, elle rejoint la Golden Eagles of Oral University, Tulsa, Oklahoma de 2000 à 2001 où elle remporte la NCAA Division 1 Mid-Continent Conference et participe à la Western Final Four. Puis, elle rejoint The Lions of Vanguard University, Costa Mesa, California, qui remporte la Conference Championship.

En raison de sa forte corpulence, elle occupe le poste de Pivot fort (6'2" and Center en anglais) et subit donc la pression des adversaires. Lors d’un match officiel, elle se blesse par une dislocation complète de l’épaule, des blessures graves aux genoux et des commotions cérébrales, qui mettent fin à sa carrière sportive en 2002. Elle sombre dans la déprime, plus de sport, plus d’argent pour les études, plus de perspectives de carrière dans la WNBA aux Etats-Unis. Mais elle a le précieux soutien de son grand frère Ndri Franck, basé à Abidjan. Elle bénéficie également des précieux conseils d’un ami, lui aussi champion d’athlétisme, qui venait lui remonter le moral, ayant lui aussi connu ces périodes difficiles. Cet ami s’appelle Serges Doh.

Après sa guérison, elle est à court d’argent pour poursuivre ses études et fait de petits boulots dans les magasins et des maquillages pour des entreprises cosmétiques. Un jour, elle rencontre une Ivoirienne à Rich’s Macys à Atlanta qui lui lance : « les voilà, elles font malin à Abidjan, c’est pour venir faire maquillage ici aux Etats-Unis ». Cette remarque la blesse. Mais elle continue. Le 19 juillet 2004, une Américaine Noire, qui organise une dédicace de son livre dans le store demande à se faire maquiller par la meilleure maquilleuse de peau noire du magasin ; le manager la désigne. Cette Américaine n’est autre que la chanteuse et actrice Nancy Wilson, la tante de Whitney Houston. 2 mois plus tard, elle reçoit un coup de fil d’une personne inconnue lui demandant de venir maquiller une personne dont la maquilleuse est indisponible. Elle se rend à l’adresse indiquée, qui l’amène à Buckhead, un quartier huppé d’Atlanta, GA. Elle se retrouve nez à nez avec Whitney Houston, qu’elle maquille.

Un jour en 2005, elle est invitée au store à maquiller une Autorité ivoirienne de passage à Atlanta. Le protocole est le même, on ne désigne jamais le nom du client. Elle arrive rapidement dans le magasin et découvre que la cliente n’est autre que Mme Gbagbo, alors Première Dame de la République de Côte d’Ivoire. Elle maquille ainsi plusieurs célébrités dont Erykah Badu.

Grâce à l’argent épargné, elle reprend les études et abandonne le maquillage. Elle obtient les Diplômes mentionnés ci-dessus.

Quand elle se lance dans sa carrière administrative et privée, elle gravit vite les hautes marches. Le fighting spirit du terrain de jeu, elle le déporte sur sa carrière. Tous les titres égrenés ci-dessus pourraient faire oublier que Sonia N’Dri Kissi n’a pas toujours eu une vie facile. En réalité, elle a grandi dans la difficulté et l’austérité pour parvenir à son niveau social aujourd’hui.

 

Parcours scolaire difficile

 

Son cursus primaire et scolaire est marqué par une extrême mobilité : EPP Cité des Arts au CP1, puis CP2 et CE1 au CSP de Cocody. Ne pouvant plus payer la location de l’appartement à la cité des arts, sa mère déménage à M'pouto, village Ebrié où elle fait l’EPP M’Pouto en classes CE2 jusqu’au CM2. Elle rentre en 6ème au CSP de Cocody, puis en 5ème et 4ème à Victor Schoelcher de la Riviera, lorsque la famille emménage à Attoban. De nouvelles difficultés financières dans la famille l’amènent à poursuivre la 3ème au Collège Moderne Nangui Abrogoua d'Adjamé, pour finir au lycée Lemania de la 2nde à la terminale. Soit 7 établissements au total pour le Primaire et le Secondaire, là où la moyenne des élèves ne font que 2 établissements !!! Mais elle obtient avec brio son Bac D et rentre à l’Université Nangui-Abrogoua d’Abobo-Adjamé. Elle vivait à Attoban, dans une maison de deux chambres salon où elle est la seule fille d’une famille de 6 enfants et vit au milieu de ses frères. Pendant son cursus secondaire et universitaire, comme sa mère est Secrétaire à la RTI, Sonia Ndri vend des oranges devant la cantine de la télévision nationale. Puis, elle vend des chemises et cravates aux journalistes et animateurs dont Levy Niamkey, Thomas Bayintchi, et François Kouakou, qui la surnomment « la petite go anango ». Parallèlement, elle vend aussi à l’espace RFK de la RTI de l'alloco, des brochettes, du lait caillé, du gnamankoudji, du bissap.

Avant cela, encore jeune, elle passe dans des publicités de Wax, Nido, Nestlé et 3A Assurance. Les sommes payées lui permettent de financer ses études. En 2ème année d’Université, elle se voit offrir une opportunité pour poursuivre ses études aux États-Unis. La suite , on la connaît.

Sonia N’dri Kissi a 42 ans aujourd’hui. Elle entend s’installer en Côte d’Ivoire un de ces jours, pour mettre son expérience au profit de son pays. De vendeuse d’alloco à Abidjan, maquilleuse dans un store, à référence à la Silicon Valley, en Californie. La vie est un combat. Sonia Ndri Kissi, un modèle de courage pour les jeunes de Côte d’Ivoire et d’Afrique. Moralité : Seul le Ciel est votre limite dans votre désir de réussir. Jeune fille, jeune homme, Sonia N’Dri Kissi te dit : prends toujours du bonheur à faire ce que tu fais. L’énergie de ta vie est dans ton corps. L’espoir de ton avenir est en DIEU. Bats-toi. Jeune fille, Sonia Ndri Kissi te dit : ta beauté ne sert à rien si tu ne te rends pas utile dans la vie, si tu n’utilises pas ton intelligence et ta combativité.

Vincent Toh Bi Irié, ancien préfet d’Abidjan, en Côte d’Ivoire, est l’auteur de ce témoignage. Le titre et le chapeau du texte sont produits par la Rédaction.


Lire les commentaires (2)

Articles similaires


2 Commentaires

Ne sera pas publié

Envoyé !

beneth
18 APRIL 2022 à 14:15

Qu'est-ce que je peux dire? Chapeau! Les filles d'aujourd'hui doivent aller à son école. Mes rubriques préférées chez vous, ce sont : "Success stories" et "Innovation". Ma tasse de thé.

Omer Chanvoedou
15 APRIL 2022 à 10:54

Je suis plutôt impressionné par le style du narrateur. Il réussi à garder l'intérêt du lecteur et sa curiosité jusqu'à la fin du jardin qu'il a créé. Je lui suggère de créer une plateforme numérique pour raconter l'histoire des hommes et femmes qui se sont donnés pour sortir de l'ordinaire comme Sonia Dieu sait qu'il y en a des milliers dans l'ombre et dont les aventures seront des best-sellers et même des films d'aventure inédits
Omer Chanvoedou +22997752878